in , , ,

Sextoy et retour de l’être aimé : une voyante devant les tribunaux russes

Un procès rocambolesque vient de se conclure à Saint-Pétersbourg, comme le relate une dépêche de l’AFP datée de ce weekend. Macha, une femme russe dont le mari a claqué la porte, valises en main, en mars dernier, a traîné sa voyante, une certaine Alla, devant les tribunaux, au titre d’un rituel de retour de l’être aimé pour le moins discutable, facturé 50 000 roubles, soit plus de 500 balles. La cérémonie que la plaignante devait répéter chaque soir, impliquait deux bougies, une photo de l’époux en goguette et un sextoy dont l’usage était tout sauf ornemental.

Eh bien figurez-vous que Macha n’a pas revu ne serait-ce que la queue du mari. Rien, nada, walou… Et la pauvre femme abusée de porter plainte pour escroquerie contre le phénomène de foire qui a profité de sa faiblesse.

Et là, coup de théâtre ! Au beau milieu du procès, alors que tout semble joué d’avance, la malheureuse, magnanime, retire sa plainte, avouant un brin penaude n’avoir pas respecté scrupuleusement le protocole, faute de mettre la main sur le godemichet requis.

Comme quoi, finalement, la divination, c’est comme la pharmaceutique. Si vous ne respectez pas la posologie, comment voulez-vous arriver à quoi que ce soit ?

Pourquoi il y a autant de godes dans Cyberpunk 2077 ?

Des hackers remplacent le site d’une église locale par un portail sexuel satanique