in , , ,

Tenues transparentes et faux poils pubiens, le défilé haute-couture Pam Hogg était chaud bouillant !

Disons le franchement, la haute-couture, je n’y bite pas grand chose. J’y vois invariablement un défilé d’adolescentes sous-alimentées qui tirent la tronche (des adolescentes, quoi.) déguisées en abats-jours. Mais il faut bien admettre, qu’une fois de temps en temps, cette discipline vestimentaire pique mon attention, généralement lorsque les tenues semblent sortir tout droit d’un film de science-fiction érotique des années 70.  Et avec le défilé Pam Hogg de cette semaine, laissez-moi vous dire qu’on est servi !

Vinyl, combinaisons transparentes, fausses fourrures pubiennes, les mannequins nous faisaient même l’affront de convoquer l’astrale « Vénus » d’une ostensible inscription sur la poitrine. Barbarella n’a qu’à bien se tenir. La styliste écossaise -pour rappel c’est ce peuple qui a inventé la jupe tartan pour homme, c’est dire le sens esthétique- pousse le vice jusqu’à invoquer une esthétique martiale/BDSM à base de casquettes, fouets et cravaches, comme dans la pire des fictions pornographiques mettant en scène une peuplade de femmes extra-terrestres belliqueuses et lascives.

Admirez donc les Amazones de l’espace :

 

Pourquoi crie-t-on lorsque l’on fait l’amour ?

Pourquoi les femmes gémissent-elles pendant le sexe ?