in ,

Top 5 des pratiques sexuelles étranges

Les pharaons se masturbaient en public

Chaque année, lors du festival en l’honneur de Min, le dieu de la fertilité, les pharaons se masturbaient dans les eaux du Nil afin de les fertiliser et de garantir des récoltes fructueuses aux paysans durant toute l’année.

En Himalaya, les hommes partagent la même femme

Cette pratique est plus précisément connue sous le nom de « polygamie fraternelle ». Les frères d’une même famille partagent la même femme afin de réduire le nombre de familles. En effet, dans cette tribu, elles se partagent la terre utilisée pour l’agriculture. Donc moins il y en a, plus les parcelles seront grandes.

Dans les Sambias, il faut boire le sperme des anciens

Dans cette tribu de Papouasie-Nouvelle-Guinée, les garçons sont très tôt séparés de leurs mères afin de ne pas être affaiblis. Leur peau est même percée pour enlever d’éventuelles contaminations apportées par les femmes. Et donc, afin d’en faire des hommes forts et de se débarrasser définitivement de leur part de féminité, ils doivent boire le sperme de leurs aînés.

Chez les Wodaabes, il faut voler la femme de l’autre pour être acceptés

Pendant l’enfance, la tradition veut que les garçons se marient avec leurs cousines. Et c’est seulement lors de la fête du Geerewol, à la fin de la saison des pluies, qu’ils peuvent changer la donne. En effet, les hommes et les femmes se réunissent aux portes du désert pendant six jours et six nuits, et c’est un véritable concours de beauté qui s’y organise dans un seul but : séduire la femme d’un autre. Si un nouveau couple se forme lors de la cérémonie, en échappant au mari actuel, alors ils sont socialement acceptés dans la tribu.

Regarder ses parents faire l’amour

C’est dans les îles Marquises que cela se passe ! En effet, il y est recommandé d’observer ses parents faire l’amour afin de parfaire son éducation sexuelle.

Cover girls : Lesbiennes sublimes

Quel est le nombre maximal d’éjaculations en une seule journée ?