in ,

Trop faire l’amour, c’est dangereux ?

Un adulte moyen fait l’amour 54 fois par an, ce qui fait peu ou prou une fois par semaine, selon une étude publiée en 2017. Si l’on connait bien les conséquences d’une inactivité sexuelle prolongée, est-il possible au contraire de trop faire l’amour ?

Rassurez-vous, tant que vous prenez du plaisir et ne ressentez pas de douleur physique, la fréquence de vos rapports n’est pas trop élevée. En somme, vous pouvez copuler comme un lapin tant que vous n’avez pas d’effets secondaires.

Néanmoins, il existe divers signes qui peuvent vous avertir sur une activité sexuelle trop importante. Chez la femme, des gonflements au niveau du vagin et des lèvres. Avec une stimulation sexuelle importante, ces parties se gorgent de sang et peuvent être gonflées, ce qui aboutit à des douleurs. Une longue session coquine peut aussi affecter la lubrification naturelle du vagin et l’assécher, ce qui produit de la friction et donc des douleurs.

Pour les gonflements, vous pouvez essayer d’appliquer de la glace s’ils perdurent. Pour la sécheresse vaginale, pensez aux lubrifiants, voire à l’huile de coco extra vierge.

De même, les hommes peuvent faire l’expérience d’effets secondaires indésirables s’ils utilisent trop leur pénis. Douleurs, gonflements, difficulté à uriner et sensation désagréable de friction.

La chose la plus importante à faire est d’écouter son corps, ainsi que son partenaire. Tant que vos relations physiques ne vous causent que quelques courbatures, tout va bien ! Mais si vous ressentez une gêne quelconque, que ce soit lors de votre premier rapport depuis 2 mois ou votre troisième round de la nuit, arrêtez-vous et parlez-en !

Le salaire perçu serait corrélé à la taille du pénis…

Connaissez-vous les zones érogènes des femmes ?