in

Un manuel de sexe de 1655 !

SchoolOfVenus.jpg.CROP.original-original

Le sexe, sujet tabou par excellence, a du mal à être traité dans la littérature ou dans les informations sans qu’il soit diabolisé.

Même s’il y a quand même des progrès, surtout dans sa médiatisation, il reste un sujet sensible, et on doit toujours l’utiliser et en parler avec des pincettes, sous peine de se voir être catalogué comme un esprit pervers qui ne pense qu’à ça.

A celles et ceux qui vous sortent ces arguments, vous allez pouvoir leur en boucher un coin grâce à un petit manuel écrit sur le sexe et uniquement sur lui, et plutôt explicite à ce sujet.
Jusque là, rien de bien exceptionnel, si ce n’est qu’il date de 1655 !

Il y a donc presque 360 ans, un écrivain anonyme (même si on donne la paternité du livre à Jean l’Ange ou Michel Millot) rédigeait ce petit manuel mettant en scène deux personnages, Susanne, et sa cousine Fanchon (bien connue depuis grâce à une célèbre chanson paillarde…), qui discutent des rapports amoureux et du sexe.

On retrouve dans cette œuvre quelques mots qui, légèrement désuets, nous font sourire et font que ce livre possède un charme fou…
Comme par exemple lorsqu’elles prononcent les mots « con », « liqueur amoureuse » ou encore « position du lévrier » !

Susanne, la cousine la plus expérimentée, explique alors ce qu’est la vie et les rapports sexuels à sa petite cousine Fanchon, par des phrases d’un autre temps : « Pour ne plus te tenir en suspens, tu dois savoir qu’un garçon & une fille peuvent goûter ensemble des délices inexprimables, sans que cela leur coûte rien. »

Il faut savoir que cette fameuse Susanne a en fait été envoyée par un troisième personnage, Mr Robinet (quelle imagination !), qui veut tout simplement se taper et dépuceler la pauvre Fanchon, mais qui ne sait pas comment le lui faire comprendre.

Le récit comporte donc des phases bien précises, les explications de ce qu’est le sexe à Fanchon, qui, toute excitée, décide de franchir le pas avec Mr Robinet, pour finalement expliquer comment cela s’est passé à Susanne :  la boucle est bouclée.

Le livre contient aussi des descriptions bien explicites des positions sexuelles, comme par exemple celle de l’Amazone : «  En cette posture, où la femme est dessus, et l’homme est dessous, il y a une ressemblance de cette métamorphose par la mutation des devoirs qui est réciproque. Au moyen de quoi l’homme se repait entièrement des passions de la femme, et cette posture lui figure qu’il change de sexe. La femme s’imagine en même temps être devenue un homme parfait. »

Un enseignant d’une faculté de la Nouvelle-Orléans a étudié attentivement ce manuel, et l’analyse comme une œuvre « révolutionnaire », mais qui reste sexiste car elle « maintient la femme dans un état subalterne ».

Et qu’en pense Mr Robinet ?

Dallas comme vous ne l’avez jamais vu !

Antoine de Caunes pris dans un piège… sexy !