in

Un vagin en peau de poisson

Des chirurgiens brésiliens tentent l’impossible et construisent un vagin en peau de tilapia, un poisson d’eau douce présent au Brésil.

Jucilene Marinho, 23 ans, est atteinte d’une maladie rare qui touche seulement une femme sur 4500, le syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser. Cette maladie se caractérise par l’absence d’une partie supérieure du vagin et de l’utérus.

C’est au Brésil que des médecins se sont lancés dans cette lourde tâche qu’est la construction d’un sexe féminin. Chirurgie novatrice, puisque les praticiens ont utilisé la peau d’un poisson appelé le tilapia.

Un vagin artificiel

C’est avant l’opération que les chirurgiens ont réalisé un « moule » pour définir la future forme du vagin puis il a été entouré de peau de tilapia.

Afin de créer la future vulve, une incision a été réalisée entre l’anus et la vessie. Le moule est resté en place pendant 10 jours, pour ne pas que la plaie se referme. C’est à cet instant que la peau du poisson joue un rôle similaire à celui des cellules souches, et donc permet de tapisser les parois de l’organe.

L’impossible devient alors une réalité puisque la jeune brésilienne regagne son domicile seulement trois semaines après l’intervention.

À quoi pensent les femmes lorsqu’un homme descend entre leurs cuisses ?

Le porno écolo sauvera-t-il la planète ?