in

Une artiste dessine des clitoris partout, pour la bonne cause !

Quand vous étiez petit, vous aussi, vous dessiniez des organes sexuels un peu partout, sur votre cahier, sur la table pendant le cours de mathématiques, sur le mur des toilettes de l’école. Au sommet de votre pulsion créatrice, vous graffitiez, même, toutes sortes de vits et de cons : des super zizis, avec une cape, des foufounes sauvages, toutes velues, et même des zguegs bien vènèr’, avec une grosse veine rouge. Malheureusement, personne n’a jamais reconnu ce talent comme une forme d’art (hormis le pédopsychiatre qui vous encourageait même à libérer votre créativité, mais que pendant vos rendez-vous hebdomadaires).

Et c’est trop bête car, quelques années plus tard, un tel talent est porté aux nues. Pour sensibiliser le public aux questions de l’anatomie et du plaisir sexuel féminin, l’une des trop nombreuses lacunes de notre système éducatif, l’artiste Laura Kingsley dessine des clitoris partout. Grâce à son compte Instagram, elle diffuse ses plus belles œuvres à travers le monde. Et le mot se répand.

Son action, pour le moins insolite, fait parler d’elle, et surtout, éveille les consciences, dans une société où prêt de 20 % des femmes ignorent où leur bouton « Play » se situe.

Rien n’est donc perdu, pour votre obsession dévorante. Emboîtez-lui le pas, et vous aussi, dessinez des clitos partout, c’est pour la bonne cause.

Rompre facilement ? C’est possible !

Le champagne de Clara Morgane fait débat