in

VIH et autres IST : l’importance de se protéger

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui nous allons parler d’un sujet sérieux : le VIH.

Mais le VIH, c’est quoi concrètement ?

Le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) est un virus qui, lorsqu’il a pénétré dans l’organisme, s’attaque au système immunitaire. Autrement dit, vos défenses, qui vous protègent contre toutes sortes de maladies et infections, se voient affaiblies.

Sida, VIH, quelle différence ?

Le Sida (Syndrome d’Immunodéficience Acquise) est tout simplement le stade le plus avancé du VIH. Tout commence par la primo-infection, suivi d’une phase asymptomatique, puis d’une phase d’accélération et, enfin, le stade final : le Sida.

À quels pourcentages s’élèvent les risques d’infection ?

Selon Catie, la source canadienne de renseignements sur le VIH et l’hépatite C, les risques sont répartis comme suit (données 2012) :

  • Relation vaginale active : 0,03% – 0,09% (4 études)
  • Relation vaginale passive : 0,018% – 0,0150% (2 études)
  • Relation anale active : 0,06% – 0,62% (10 études)
  • Relation anale passive : 0,4 – 3,38% (3 études)

À première vue, les risques ne semblent certes pas élevés, mais ils existent bien. Il serait malheureux de compter sur « la chance » et de se retrouver infecté(e) pour quelques minutes de plaisir. Car il n’existe à ce jour aucun vaccin contre le VIH.

Et n’oublions pas de rappeler qu’il n’y a pas que le VIH, mais aussi de nombreuses infections sexuellement transmissibles (syphilis, hépatite B, chlamydia, etc.).

Vous avez pris un risque récemment ? Lisez cet article jusqu’à la fin.

Quelques chiffres sur le VIH

Alors qu’au cours des 15 dernières années, le nombre d’infections annuel en France n’a fait que chuter, ça n’a pas été le cas pour 2016 dont voici les données (source : Sida Info Service) :

  • 6003 personnes ont découvert leur séropositivité (contre 5925 en 2015)
  • 25,000 personnes ignorent leur séropositivité
  • Les homosexuels et bisexuels sont les plus touchés : 44% des infectés
  • L’Île-de-France est la région la plus touchée

Si l’on rapport ça à une journée, c’est plus de 16 nouvelles personnes infectées chaque jour en France (en plus des 25,000 ignorant leur séropositivité).

Que faire suite à un risque ?

Vous ne vous êtes pas protégé(e), le préservatif a craqué… Personne n’est infaillible, ni à l’abri d’un accident.

Il existe un traitement d’urgence préventif appelé Traitement Post-Exposition (TPE).

Il faut vous rendre aux urgences le plus rapidement possible suite à la prise de risque (idéalement dans les 48h). Plus il est administré vite, plus le traitement à de chances d’être efficace et d’empêcher le virus de se développer et de vous rendre séropositif.

Le médecin évaluera avec vous le risque, vous fera une prise de sang, et vous administrera si nécessaire un traitement à suivre durant 4 semaines, puis de nouvelles prises de sang quelques semaines après la fin de la prise.

Ce traitement n’a pas pour but de remplacer un moyen de contraception et il peut comprendre des effets secondaires. Il est donc à utiliser en cas d’accident, et non pas pour des rapports non protégés à répétition.

Grillés par des ouvriers pendant qu’ils forniquent !

Vos photos du matin du 15 Février 2018 !